Archives de Tag: tentes

A Calais, le répit n’est pas permis

Mardi dernier, la préfecture du Pas-de-Calais a annoncé la fin du plan grand froid à Calais, synonyme de fermeture du local du BCMO où dormaient environ 200 migrants (principalement des Afghans, des Irakiens et des Kurdes). Le soir même, l’association Salam a distribué des tentes, offrant ainsi un abri sommaire aux migrants. Un certain nombre d’entre eux a choisi de s’installer devant le BCMO, en signe de protestation contre la fermeture de la salle et mais aussi par désarroi. La police ne l’a pas entendu de cette oreille, et a demandé aux migrants de ne pas rester en centre-ville, mais de retourner à la « jungle », contre l’assurance de les laisser tranquilles pour la nuit.

Un répit de courte durée, puisque la police est venue les déloger au petit matin et a emporté des tentes. Depuis plusieurs jours le même scénario se répète, obligeant des bénévoles de Salam à aller récupérer les toiles presque chaque jour au commissariat, voire même parfois, à la déchetterie.

Si les températures sont légèrement remontées au-dessus de zéro la semaine dernière, le froid persiste et la pluie mouille toutes les affaires des migrants. Samedi 23 janvier, Médecins du Monde a distribué 196 sacs de couchage et des bâches plastique pour isoler du sol.

Installation... Samedi 23 janvier, l'association Médecins du Monde a distribué des sacs de couchage aux migrants

Le lendemain matin, la police était à proximité du BCMO lorsque des bénévoles de Salam sont venus apporter du thé à la trentaine de migrants présents. Leur prise? un « butin » de trois tentes.

Un groupe de migrants devant le BCMO dimanche 24 janvier, au moment de la distribution du thé

Claire Debuyser

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans politique d'immigration, Sans papiers

Deux chapiteaux installés à Grande-Synthe pour les migrants démontés aujourd’hui

Grande-Synthe. C’est un bout de terre, derrière des bosquets et des arbres, qui n’est pas visible depuis la route mais néanmoins tout proche du centre-ville. Les employés municipaux qui travaillent à proximité savent tous nous indiquer où se trouvent « les tentes ». Deux chapiteaux blancs servent d’abri à des migrants en transit dans le dunkerquois. Mais ils doivent être démontés cet après-midi. Sur place, seulement une poignée d’hommes, qui se disent tous Afghans, sont présents. L’un d’eux explique dans un anglais sommaire que beaucoup sont déjà en route pour Calais, comme presque chaque jour. D’autres ont déjà quitté les lieux car ils savent que les tentes vont être enlevées. « It’s finished here », dit l’homme.

Ce matin, au micro de Delta FM, Damien Carême, le maire (PS) de la ville, a expliqué que ces chapiteaux avaient été installés le 26 décembre pour  faire face au grand froid, mais que ce n’était « qu’une solution temporaire ». « Nous avons réagi pour porter assistance aux personnes en danger, il y avait des femmes enceintes », explique le maire. Aucune autre solution n’est envisagée pour l’instant pour les migrants. Damien Carême rappelle que cela ne relève pas de la compétence de la ville, mais de celle de l’Etat.

C.D.

Poster un commentaire

Classé dans Sans papiers