Stéphane Hessel dénonce la politique d’immigration de la France

Le 21 décembre 2008, c’est un jeune homme de 91 ans qui a apporté un peu d’air frais à la télévision. Invité de l’émission « Ripostes » (Arte), Stéphane Hessel, ancien résistant et déporté, devenu ambassadeur de France à l’ONU et seul co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme encore en vie, n’hésite pas à aller à contre-courant de certaines idées reçues, notamment à propos de l’immigration .

http://www.france5.fr/ripostes/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/009545/15/riposte_20081221.asx

Pour ceux qui ont raté l’émission ou n’ont pas envie de la regarder sur le site de la chaîne, voici un petit condensé de ce qui s’est dit sur l’immigration:

Alors que la Déclaration universelle des droits de l’homme a fêté son soixantième anniversaire en 2008, ces dernières décennies ont été marquées -selon Stéphane Hessel- par quelques succès: la décolonisation, la fin de l’apartheid et la fin du totalitarisme en URSS. Mais, interrogé sur les manquements aux droits de l’homme dans la France d’aujourd’hui, il cite: « la manière dont on traite les prisonniers », le problème du logement et « ce que nous faisons à l’égard des sans-papiers, des immigrés, que nous traitons mal, sans respect. Nous avons un Brice Hortefeux qui mène une politique détestable ».

L’homme qui était déjà aux côtés des sans-papiers de l’Eglise Saint-Bernard en 1996, dénonce la « politique du chiffre » du gouvernement actuel. Face au journaliste Serge Moati, Stéphane Hessel, malicieux, dit:  » Brice Hortefeux a probablement quelque part en lui, je ne l’ai pas encore détecté mais ça viendra, une part d’humanité ».

Le diplomate, sérieux, avertit: « L’immigration va être un problème encore plus important au cours du siècle qui vient' ». Il explique que la sécheresse, les changements climatiques induiront « une répartition des hommes sur la planète forcément différente ». « Donc, poursuit-il, il faut au moins que nous apprenions à traiter ceux qui sont obligés de partir de chez eux […] comme des frères et essayer de voir avec eux comment les installer en France ».

Un brin provocateur, Stéphane Hessel ajoute: « Nous pourrions facilement avoir un ou deux millions d’immigrés de plus, nous avons assez de possibilités pour les recevoir ». Malgré le chômage? Malgré la crise? demande Serge Moati. Et bien oui. « Beaucoup de ces immigrés quand nous les accueillons deviennent des entrepreneurs, deviennent des commerçants, deviennent des gens qui recrutent. Par conséquent, le chômage n’augmente pas parce que des immigrés arrivent ».

Enfin, interrogé sur le concept de l’immigration choisie, Stéphane Hessel est très clair: « Je n’aime pas. Parce que si on choisit des gens qui seraient merveilleux pour nous, on en prive les pays dont ils viennent ». Il suggère que la France accepte de former des gens qui pourront ensuite retourner chez eux.

Ce que ne dit pas le diplomate c’est que tant que les pays d’origine n’auront rien de mieux à offrir que des salaires de misère, leurs ressortissants préféreront sans doute rester en France; mais n’a-t-il pas au moins le mérite de rappeler que le co-développement doit faire partie intégrante de la politique d’immigration de la France?

Sur le plateau de « Ripostes », Sylvie Pierre-Brossolette, rédactrice en chef du service France au Point, lui rend hommage: « on avait l’impression que c’était le chef de l’opposition ».

C.D.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans politique d'immigration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s